Quand les poules tissent des liens

Une Gaufrette Saperlipopette, ce n’est pas seulement du pain, des chouquettes ou des gaufres. C’est aussi une aventure humaine, parsemée de belles rencontres. Concours de circonstance ou coup du destin ? Nous avons croisé la route de Daniel et Suzanne Collienne, producteurs d’œufs et de lait bio à Sprimont. Laissez-nous vous le présenter…

« Nos poules pondent des œufs et tissent des liens », nous a confié Daniel Collienne, lors de notre passage à la Ferme du chemin des Meuniers par un jour pluvieux d’octobre.

Sa chienne sur les talons, ce grand monsieur en salopette, à la silhouette élancée et aux mains marquées par le travail de la terre, nous fait découvrir sa ferme. Nous sommes à quelques pas de l’autoroute A26, entre Beaufays et Sprimont.

Un besoin d’œufs

Ce qui a provoqué la rencontre entre Daniel et Suzanne Collienne et Une Gaufrette Saperlipopette, c’est la recherche d’un second partenaire pour l’approvisionnement en œufs. Nous vous en avions parlé sur le blog : nous travaillons déjà avec Guillaume Drisket, à Othée. Il s’agit cependant d’une petite exploitation et l’ampleur de nos besoins dépasse parfois sa production.

Pour notre chef Eric Michaux, il était cependant hors de question de revoir à la baisse la qualité, au niveau gustatif notamment, de cet ingrédient essentiel. Et c’est ainsi qu’il a été mis en contact avec Daniel Collienne, producteur d’œufs bio qui, lui aussi, a opté pour une solution de poulailler mobile.

Des coquettes aux prés

10 heures. « Il est l’heure pour les poules de sortir, j’ai attendu votre arrivée pour leur ouvrir les trappes », nous explique Daniel Collienne. D’habitude, elles sortent vers 8 ou 9 heures.

Ses deux poulaillers mobiles ressemblent à de grands mobiles homes, surmontés d’un panneau solaire. Ils ont été conçus par un fabricant allemand. Tous les 7 à 10 jours, ils sont déplacés à l’aide d’un tracteur sur une parcelle « fraîche ». Ainsi, les poules disposent toujours d’herbe bien verte et d’un terrain propre, ce qui contribue à leur bien-être et diminue anisi le risque d’infections et de parasites. C’est aussi bien plus bénéfique pour l’environnement puisque le sol n’est pas saturé de déjections.

À l’intérieur du poulailler devant lequel nous nous trouvons vivent environ 200 poules rousses et 3 coqs (« Ils font la police et protègent les poules », nous précise Daniel). Aussitôt que les volets commencent à s’ouvrir (tout doucement, pour ne pas blesser les animaux), les cocottes pointent leur bec à l’extérieur et se mettent immédiatement à gratter le sol et… à manger de l’herbe.

« On l’ignore souvent mais les poules mangent de l’herbe, et en quantité ! », souligne Daniel Collienne. « Cette herbe a un impact direct sur la qualité gustative de l’œuf. »

En plus de ce pâturage, les poules sont nourries avec des céréales venues des champs, complétées actuellement par un aliment bio. « L’objectif, à terme, c’est d’être autonome et de nourrir exclusivement les poules avec des aliments cultivés sur nos terres. »

Une habitation 5 étoiles

L’intérieur du poulailler est totalement aménagé pour assurer le confort des occupantes. Au rez-de-chaussée : une aire d’exercice avec litière. À l’étage, des perchoirs et, bien sûr, des nids. Les poules y déposent chaque jour en moyenne 180 œufs que l’on peut récolter depuis l’extérieur, en ouvrant une sorte de couvercle qui y donne accès.

« J’ai découvert ce système l’année dernière, juste avant la crise du fipronil », nous raconte Daniel Collienne. « J’ai trouvé ça génial et j’essaie de le partager un maximum autour de moi pour montrer qu’on peut être rentable sans aller vers des exploitations aux proportions gigantesques. »

Car il faut savoir qu’en bio, un poulailler en dur peut abriter jusqu’à 3 000 poules. Certains exploitants décident de juxtaposer les bâtiments pour aller jusqu’à des exploitations de 9 000, 12 000 ou même 15 000 poules. « Dans ces exploitations, on ne ramasse même plus les œufs à la main. Ils passent sur une chaîne qui traversent tous les bâtiments. À l’extérieur, un empierrement est généralement placé sur les 5 premiers mètres car le sol est mis à nu par les poules et chargé de déjections. » On est loin de l’image idéale que l’on se fait du bio.

Des œufs mais aussi du lait

L’agriculture bio, Daniel et son épouse Suzanne la pratique depuis 1997. « J’ai appris le métier avec mon père, en agriculture conventionnelle. Mais j’ai une vision différente du métier », nous raconte-t-il en nous faisant visiter la laiterie.

« Ici, les particuliers peuvent venir s’approvisionner en lait cru de ferme, en œufs ou en fromage fabriqué par la coopérative Biomilk. » Le lait est produit par environ 40 vaches, croisement d’Holstein pie noire et de vaches normandes, nourries exclusivement à partir des productions de la ferme. Mais il se peut que la taille du cheptel augmente pour répondre à l’accroissement de la demande…

« Quand je vous disais que mes poules tissent des liens ! Au départ, il n’était pas prévu que je livre du lait cru à ‘Une Gaufrette Saperlipopette’. Et puis, un jour à 3 heures du matin, Mr Michaux s’est étonné que je le livre si tôt. Je lui ai répondu que je devais traire les vaches. ‘Vous avez des vaches ???’, s’est-il exclamé. »

Et c’est ainsi qu’une nouvelle belle histoire a commencé !

Pour en savoir plus : https://coquettesauxpres.be

Quand les poules tissent des liens

Une Gaufrette Saperlipopette, c’est aussi une aventure humaine, parsemée de belles rencontres. Concours de circonstance ou coup du destin ? Nous avons croisé la route de Daniel et Suzanne Collienne, producteurs d’œufs et de lait bio à Sprimont. Laissez-nous vous le présenter…

Lire plus »

Du pain et des saveurs d’Italie au Danieli

Véritable institution à Liège, Le Danieli sert une cuisine italienne authentique et pleine de saveurs. Depuis notre ouverture, ses plats sont accompagnés de nos pains, car comme dit Daniel « quand le pain est bon, le reste l’est aussi ! »

Lire plus »

© Une Gaufrette Saperlipopette 2017

TVA : BE0534.518.597 — ONSS : 058-1395871-70
AFSCA : Autorisations 019318 (rue des Mineurs 7, unité d’établissement 2.218.877.770) et 021162 (rue des Mineurs 18-20, unité d’établissement 2.238.758.416)